Je vous raconte ici mon escapade à Bruxelles et Amsterdam, deux villes que j'ai adoré! 

Départ

Je suis partie de Pamplona mercredi le 12 mars en soirée, en direction vers Madrid, par train (un voyage de 4 heures). Comme mon avion décollait très tôt le lendemain de Madrid (à 6h30, donc je devais être à l'aéroport à 4h30AM), j'avais décidé de dormir dans un hôtel très près de l'aéroport. Je suis arrivée à mon petit hôtel 2 étoiles vers 23h30. Vous devez vous dire ''pourquoi n'as-tu pas dormi directement à l'aéroport tant que à cela'', et bien parce que j'ai toute la misère du monde à trouver sommeil dans un lit, dans une chambre silencieuse et peu éclairée, alors allez vous imaginer assise sur un banc froid, dans un établissement public super éclairé, à guetter à moitié mon bagage...y'en n'était pas question! Bref, le lendemain matin, à moitié endormie, je suis partie pour l'aéroport (sans avoir déjeuné au préalable, c'est humainement impossible d'avoir faim en se réveillant, quand on a dormi moins de 4 heures) pour me rendre compte une fois la sécurité passée qu'il n'y avait absolument rien d'ouvert à cette heure-là dans l'aéroport (sauf le Duty Free, l'aéroport a ses priorités quand même! Qui voudrait manger en attendant son avion quand on peut passer son temps à magasiner des bouteilles de 40 onzes hors taxes, sniffer du parfum trop cher, ou lire des revues à potins!) Bref, c'est une sandwich au jambon provenant d'une machine dont le système de réfrigération me semblait douteux qui m'a fait office de déjeuner. Arrivée à Bruxelles vers 10h00, je me suis rendue compte que mon aéroport (Charleroi) était beaucoup plus loin que je pensais de la ville: j'ai dû faire une heure d'autobus de l'aéroport à la gare centrale de la ville! C'est ainsi que j'ai réalisé que je n'avais pas été si wise pour économiser sur les billets d'avion. Je me suis prise un billet de Madrid, car il était moins cher que de Bilbao (qui est près de Pamplona), mais j'ai du payer le train pour me rendre à Madrid, en plus d'une chambre d'hôtel... Ensuite, je suis arrivée à l'aéroport de Charleroi (moins cher que l'aéroport qui est situé dans la ville même), mais ça m'a coûté 34 euros (50 dollars) aller-retour prendre le bus. Bref, je peux vous dire que mon prochain vol (Italie), je l'ai booké à partir de Bilbao, quitte à payer quelques euros de plus, je sauve en temps! (...J'aurais bien aimé avoir compris cela plus tôt). 

 

Bruxelles

Bruxelles, qu'on aime appeler la capitale de l'Europe est une ville bien jolie à mon sens (plusieurs gens disent qu'elle n'est pas belle, mais bon, tous les goûts sont dans la nature! Par contre, je dois avouer qu'elle n'est pas la plus propre). Aussi, on sent que de grandes décisions se prennent dans cette ville (beaucoup de sièges sociaux de compagnies internationales ou très importantes y sont situés). Malgré cela, mon feeling était qu'on se sentait un peu comme chez soi, je m'y sentais bien. J'imaginais que Bruxelles ressemblerait peut-être un peu à New York ou Paris (gens bien habillés, stressée, qui courrent partout, des dizaine de taxis à chaque coin de rue), mais non, les gens semblent humbles, la vie me semble plus simple, plus tranquille malgré l'importance de la ville. L'aspect interculturel de la ville est omniprésent, les gens en général parlent plusieurs langues, il y a des restaurants pour tous les goûts, etc. Pour vous donner un exemple, lorsque j'ai été souper avec les autres étudiants de mon groupe, il y avait 3 langues parlées à table (anglais, français et espagnol) et certains n'en parlaient qu'une seule. Et bien, notre serveuse a servi tous les étudiants dans leur langue natale, malgré que ce soit un tout petit resto (j'étais impressionnée!) J'ai lu que c'était quelque chose de courant, à Bruxelles. J'aime bien cet aspect de la ville, je trouve cela stimulant. Apparemment, c'est une ville où il pleut beaucoup de ce qu'on m'a dit (300 jours sur 365!),  mais j'ai eu la chance d'avoir du beau temps 2 jours sur 3!

 

Première journée

Je suis allé à Bruxelles dans le cadre de mon cours de Development Economics. Nous avions des visites et des conférences prévues durant 3 jours à l'Union Européenne (UE). Le premier matin, comme j'étais 2 heures en avance sur la première conférence, j'en ai profité pour me promener aux alentours. L'architecture des monuments du Parlement de l'Union Européenne est très impressionnate. Des grands bâtiments en verre avec des photos de gens de toutes les cultures, les drapeaux de toutes les pays de l'UE et des slogans inspirants sur l'unicité de ces pays. Ma première conférence était à TAS Project (une petite entreprise privée qui réalise des projets pour l'UE dont mon professeur de Development Economics est Directeur) Parenthèse: c'est très courant en Espagne que les professeurs universitaires aient un autre emploi en dehors de l'enseignement, et en fait, je me rends compte que l'enseignement est plus leur side line que leur emploi principal. Je n'ai rien contre cela, et à la limite, ça doit leur aider à rester bien connectés avec le domaine dont ils enseignent, mais en même temps, on sent qu'ils ont autre chose à faire que nous enseigner. La quantité de mes cours annulés à la dernière minute parce que mon professeur avait un autre engagement est un signe visible de l'ampleur du phénomène...fin de la parenthèse!

Êtes-vous déjà restés pris dans un ascenceur, vous? Car c'est justement ce qui m'est arrivé le premier matin. Nous sommes 4 filles qui arrivont pour la conférence, on entre dans le petit ascenceur qui indiquait ''maximum 4 personnes'' et au milieu du voyage (1 étage à monter), il s'arrête brusquement. On appuie sur différents boutons, rien ne fonctionne. Notre porte était restée ouverte, donc on voyait bien la délimitation entre les 2 étages, c'était un peu freakant. On appelle finalement les secours, et j'étais la seule qui parlait français, donc j'ai eu le privilège de jaser avec la madame du centre d'appel qui ne s'en faisait pas trop avec ça (d'une voix nonchalante: un technicien va venir dans 15 minutes). Non mais, c'est long un quart d'heure quand on est 4 personnes et 1 valise dans 8 pieds carrés d'espace! Finalement, je vois des pieds passer devant la porte du 2ième étage et j'ai cogné. Des gens nous ont vues, et quelques minutes après, un technicien est venu ouvrir la porte. Nous avions 1 pied d'espace de hauteur entre le plancher du 2ième étage et le plafond de l'ascenceur pour pouvoir nous sortir de là. Je me sentais comme dans un film d'action-comédie style Charlie's Angel, habillée en jupe-talons hauts, tentant de me soustraire au regard d'un méchant en stoppant l'ascenseur et en m'échappant en me soulevant moi-même jusqu'à l'étage supérieur! Heureusement, j'avais ma valise et on a pu toutes s'en servir pour monter. Ouf, toute une entrée!

Durant la première journée, j'ai visité le Parlimentarium (qui est en quelque sorte un musée sur l'histoire de l'Europe et de la formation de l'UE) et le Parlement. J'ai aussi goûté aux ''fameuses'' frites belges (j'gnorais qu'elles avaient bonnes réputation à cet endroit avant d'y aller!) et le reste de la journée a été une conférence sur la représentation diplomatique espagnole et sur l'aide qu'apporte Europe Aid en Amérique Latine. Je suis ensuite allée souper pas très loin de mon auberge (j'ai goûté à la bière Duvel) et je suis rentrée dormir à mon auberge de jeunesse. En arrivant à ladite auberge, je me suis rendue compte que ma chambre était au premier étage et donnait sur le terrasse du bar de l'auberge! Il était 21h30 et il y avait déjà trop de bruit au bar (n'oubliez pas que j'avais dormi un peu moins de 4 heures la nuit d'avant). Heureusement, le réceptionniste me dit qu'ils ont un autre bâtiment qui leur appartient une rue plus loin et qui est très très silencieux (des tombes, pour le citer). Hormis cette image peu invitante, j'ai changé d'auberge. C'était tellement tranquille que je pensais que c'était fermé (les lumières étaient toutes éteintes)! Ce building là n'avait ni bar, ni réception, ni cafétéria, rien sauf des lits et des salles de bains. Bref, le paradis, j'ai dormi comme un bébé! 

 

Deuxième journée

Comme je savais que nous avions un horaire très chargé (9h-19h30), j'en ai profité pour me lever tôt ce jour-là pour visiter un peu la ville. J'ai eu le temps de voir l'imposant Palais royal de Bruxelles (style néoclassique, construit au 19ième siècle), le grand parc royal qui est en face ainsi que la superbe Cathédrale romane des Saints Michel et Gudule (construite au 11ième siècle)! 

De retour à TAS Project, la première conférence de cette journée portait sur l'entreprise Ferrmed, qui est une compagnie qui a comme projets de créer de nouvelles lignes de trains de marchandise à partir de certains ports du sud de l'Espagne pour livrer partout en Europe (surtout de l'ouest). Puis, nous avons fait une visite du European Council, accompagnés de l'ami de mon professeur qui y travaillait. Il avait toute une personnalité le bonhomme! Disons qu'il nous a offert une visite bien plus intéressante que si on avait été pris en charge comme ''groupe scolaire'' par le European Council lui-même. Il nous a amené à des endroits où de simples touristes comme nous n'avons pas nécessairement le droit d'aller (il s'est d'ailleurs fait avertir 2 fois, mais n'écoutant que sa passion, il a continué de nous faire visiter sans se préoccuper du regard désaprobbateur de certains employés. Nous avons vu, entre autres, les bureaux des présidents (chaque président des pays de l'UE a son bureau personnel lors de rencontres importantes!), les salles pour les discussions (très impressionnant à voir, ce sont de grandes pièces avec des bureaux en ronds et vis-à-vis chaque chaise, il y a un micro et le nom de pays affiché), la salle pour les conférences de presse et les médias, le tapis rouge et la porte arrière par où entrent les personnes importantes, la place de Schuman, etc. Puis, en arrivant à une certaine salle, il s'est carrément fait bloquer le passage: un invité important arrivait et on devait laisser la place aux journalistes. On s'est donc tous collés au mur et quelques secondes après, le Président de la Commission Européenne est passé devant nous. Notre guide lui bloque le passage, tout souriant et lui tend la main, puis nous désigne et dit fièrement : ce sont des étudiants de l'Université de Navarre qui sont venus pour une visite d'apprentissage! J'étais un peu gênée, car je me disais qu'il allait peut-être nous trouver un peu effrontés d'être venus jusque là.. mais non! Le Président nous serre la main et nous invite à entrer! On a pu lui parler seulement quelques minutes (et prendre une photo avec lui, bien sûr), mais on était bien contents de notre rencontre fortuite. C'est fou comme le fait d'avoir une personnalité opportuniste (je parle de notre guide là) amène des événements ou des situations qu'on n'aurait pas eus autrement! Ensuite, on a eu une conférence sur place au sujet du fonctionnement du European Council, comment les décisions sont prises, quelle est la structure de l'organisation,comment le budget est géré, quelle est la situation économique des pays de l'UE, quel pays devrait entrer dans l'UE ou non, etc. 

Nous avons ensuite pris une pause de 2 heures pour diner, donc on en a profité pour aller à la Grand Place (patrimoine UNESCO), probablement l'endroit le plus connu et touristique de la ville. On y retrouve l'hôtel de ville, la Maison du Roi, la place de la Bourse et plusieurs restaurants. Ce qui impressionne, c'est surtout la beauté de ces monuments (et leurs ornements), ainsi que l'ampleur de cette place publique. Je l'ai aussi visitée de soir (le samedi soir avec Simon), elle est toute aussi belle! Ensuite, nous avons fait une visite de Europe Aid, un endroit relativement petit. J'étais un peu déçue de la visite, car elle consistait seulement à regarder de courts vidéos sur les projets d'aide humanitaire qu'organise Europe Aid (ce que j'aurais pu faire à la maison), et nous n'avons eu aucune conférence à cet endroit. Mais bon, les vidéos étaient tout de même intéressants. Le soir, nous avons été tous souper ensemble, j'ai mangé du chicon gratin (gros plat d'endives enroulées dans du jambon et gratinées) avec une bière Chimay Bleu.

 

Troisième journée 

Je m'étais levée tôt pour pouvoir visiter d'autres endroits de la ville, mais malheureusement, il pleuvait ce matin-là. J'ai visité un peu quand même, avec mon parapluie et ma valise, mais les endroits que j'avais choisis de voir valaient un peu moins la peine que je le pensais. Ensuite, j'ai été à TAS Project pour les dernières conférences: la coopération économique avec les pays d'Europe de l'est (qui s'est avéré finalement être une grosse discussion sur les actuels conflits en Ukraine), et l'implantation de projets issus de l'innovation sociale. Vers 13h00, nous avions un lunch tous ensemble et Simon est venu me joindre, les gens étaient bien curieux de le connaître! 

Puis, Simon et moi avons été voir le fameux Manneken Pis (toute petite statut d'un bonhomme qui fait pipi, sensée représenter l'indépendance d'esprit des Bruxellois!) et avons été manger des moules et des frites, comme c'est un plat typique de l'endroit. En fin d'après-midi, nous avons pris le train (TGV) vers Amsterdam (2 heures de trajet). 

 

Amsterdam

Après avoir trouvé notre hôtel et déposé nos bagages, la première chose qu'on a fait a été d'aller se promener au Red Light. Le Red Light est un regroupement de quelques rues où la prostitution est localement légale. Les femmes sont donc dans des espèces de petites pièces dont l'immense fenêtre, encadrée de lumière rouge, donne sur la ruelle où les pietons marchent. Disons qu'on se sent assez proches de l'action quand on marche là (heureusement, les rideaux sont fermés lorsqu'Il y a un client!) Simon m'a même dit qu'il y a parfois des spectacles de live sex dehors, à la vue de tous. Disons que j'ai visité cette partie de la ville par intérêt culturel! De plus, la marijuana est aussi légale, donc ça donne un feeling assez spécial de marcher dans les rues le soir. On a terminé la soirée en prenant une petite bière locale!

Le lendemain matin, on a été déjeuner dans un restaurant dont la cour arrière est située sur ce qui ressemble à un quai, donnant l'impression qu'on flotte au-dessus de l'eau, c'était légèrement frisquet, mais ça valait le coup pour l'exotisme et la bonne bouffe. Puis on s'est promenés un peu dans les rues aux alentours, et ensuite on a été louer des vélos (comme la culture le veut). On a eu beaucoup de plaisir à se promener sur les petits ponts, admirer la vue, etc. Nous avons été jusqu'au musée national, là où on peut voir le fameux ''I Amsterdam'' en blanc et rouge, puis dans un énorme parc nommé Vondel Park.

Le soir, nous sommes retournés à Bruxelles (car nous devions reprendre notre avion de Bruxelles le lendemain matin). Nous avons été souper avec des amis de Simon (j'ai goûté à du stoemp, qui est des patates pillées avec des pois, oignons et poireaux). Pour le dessert, on a été se chercher des gauffres belges, menoum! Et on a terminé la soirée au Delirium, un bar qui offre plus de 2000 sortes de bières différentes (le menu ressemblait à nos pages jaunes!) 

 Voilà! Les photos sont disponibles dans l'album Bruxelles & Amsterdam.